Follow:
Beauté

#SKINMASTERCLASS : la peau des enfants

0 Flares 0 Flares ×


J’ai la chance de participer cette année aux #skinmasterclass de La Roche Posay. Quand la marque m’a contactée en début d’année, j’ai été très intéressée par leur proposition pour plusieurs raisons… La première est que je fais confiance à la marque et à ses produits depuis des années. Ensuite, j’ai trouvé très louable leur volonté d’enseigner et de former pour combattre les idées reçues qui circulent sur le net. Bref, j’ai dit oui tout de suite.


Nous nous sommes donc retrouvées entre blogueuses mamans au siège de L’Oréal. J’ai rencontré en vrai pour la première fois la belle Lucie, on se suit d’ailleurs mutuellement depuis des années ! J’ai aussi recontré la belle Mélissa, la marraine des Master Class 2017 et découvert les univers de Camille, EveCécile, AurélieMorganeEmilie, Elyssa, et BeccaEt nous avons discuté avec un dermatologue, des experts et les responsables produits La Roche Posay pendant des heures.


Vous vous souvenez certainement de mon appel aux questions concernant la peau fragile des enfants au mois de janvier sur mes réseaux sociaux ? Vous avez été nombreux à me parler de vos soucis sur la peau des petits et des moins petits. J’espère que mon article d’aujourd’hui, va répondre à vos questions, vous informer et vous déculpabiliser. Avouons que l’angoisse monte vite quand il s’agit de nos petits coeurs ?



#SKINMASTERCLASS : la peau fragile des enfants


Qu’est-ce que la peau ?


Avant de discuter des problèmes que peuvent rencontrer l’épiderme des petits. Il faut définir ce qu’est justement la peau, pour la comprendre.


La peau est le plus grand organe du corps humain. C’est une barrière élastique et sensible qui protège l’organisme contre le monde extérieur. Elle élimine certains déchets, synthétise la vitamine D et régule la température du corps. Elle est sensible dans le sens où elle nous permet également d’échanger avec ce qui nous entoure. La peau nous donne des informations sur le froid, le chaud, ce qui gratte, pique, brûle, etc.


La peau possède trois couches : l’épiderme, le derme et l’hypoderme. L’épiderme est la partie la plus superficielle. Le derme soutient l’épiderme et c’est aussi sa source d’hydratation et de nutrition. Les deux ont un rôle de défense immunitaire. Et enfin, l’hypoderme assure entre autres la protection thermique.


Si je savais tout cela, car mes sujets d’étude portent sur les adultes et les adolescents. Je ne savais absolument pas qu’un enfant en dessous de 3 ans a la peau plus fine qu’un adulte et un système immunitaire immature.


Aussi, le derme est beaucoup plus fin chez l’enfant. La surface corporelle par rapport au poids est beaucoup plus importante. Du coup, il en est de même pour l’absorption et la déperdition cutanée. Pour faire simple, la peau d’un tout petit absorbe beaucoup plus les produits qui lui sont appliqués.



L’hygiène des enfants


Vous m’avez posé beaucoup de questions sur la toilette des enfants. Il n’est pas nécessaire de donner le bain à bébé tous les jours. Cependant, il faut nettoyer son visage, son cou, ses fesses et ses organes génitaux. Un bain, une fois par semaine, est suffisant dans une eau pas trop chaude. D’ailleurs, les douches rapides qui ne créent pas de macération sont préférables. Les experts La Roche Posay nous ont conseillés le syndet Lipikar (un savon sans savon). On peut l’utiliser sur le visage, le corps et les cheveux en savonnant avec un peu d’eau. Bien sûr, tout cela est à adapter selon l’activité des enfants. A partir de 18 mois, quand l’enfant part en exploration et se salit, des toilettes rapides sont possibles.


Personnellement, j’ai adopté pour toute la famille, l’huile lavante Lipikar. Elle sent bon et laisse la peau douce sans film bizarre. Je ne mets même plus de crème à Chloé après la douche, mais elle n’a pas les soucis de son frère ! Attention, cette huile ne se met pas sur le visage par contre.


Crèmes, soins, etc.


D’après le dermatologue, malgré leur fragilité, il n’est pas nécessaire de prendre des produits spécifiques. Il faut seulement être vigilant sur la toxicité, l’allergénicité et la comédogénicité. Si vous faites attention aux produits, pensez également à faire attention aux adoucissants utilisés pour vos lessives. Ils sont très allergènes !


De même, sans pathologie particulière, il n’est pas nécessaire d’utiliser de la crème tous les jours. Si l’enfant présente juste des sécheresses, il suffit de lui appliquer de la crème une fois par semaine. Il ne faut pas hésiter à insister sur les zones irritées. Bien sûr, la fréquence peut augmenter selon la saison. Pour les bébés, par contre, l’usage d’un baume hydratant est important sur le visage et le corps après le bain. J’utilise depuis des années la crème Lipikar. Elle a l’avantage de pouvoir être utilisée sur le visage, le corps et les mains !



Croûtes de lait et boutons


Le nom « croûte de lait » provient de la ressemblance de l’éruption avec du lait qui a coulé sur une plaque de cuisson. Il en existe deux sortes. D’abord, la forme sèche qui apparaît dans les premières semaines de la vie des bébés. Ensuite, la forme humide qui s’accompagne d’un suintement et fait parti de l’eczéma allergique du nourrisson.


On me l’a toujours dit : il ne faut surtout pas gratter les croûtes de lait à sec. En effet, gratter peut entraîner une nouvelle irritation du cuir chevelu, voire une surinfection par des bactéries ! Il faut juste nettoyer la tête de bébé avec des shampoings adaptés. Si les plaques sont vraiment disgracieuses, il est possible de masser le cuir chevelu avec de l’huile d’amande douce, une à deux heures avant le bain.


Si le bébé a des boutons sur le visage durant les deux à trois premiers mois, il peut s’agir d’acné du nourrisson. En général, ils partent tout seul et il ne faut surtout pas les manipuler. Si cette acné du nourrisson arrive vers l’âge de 6 mois jusqu’à deux ans, elle est généralement transitoire… Il faut alors seulement la nettoyer en douceur avec un syndet. Si l’acné persiste, il faut alors consulter directement un dermatologue pour évaluer la pathologie.


Bébé a les fesses rouges


Si bébé a les fesses irritées, il faut peut-être augmenter le rythme de change. Les érythèmes fessiers sont souvent le résultat d’une macération. Quand bébé urine, on peut tout simplement nettoyer à l’eau tiède et sécher en tamponnant. Il faut aussi éviter les lingettes (je plaide coupable, c’est tellement pratique)… S’il y a plus, on peut utiliser un syndet et de l’eau tiède. Il est tout à fait possible d’utiliser une eau micellaire, si elle est à pH neutre, sans parfum et sans alcool. 


Les fesses rouges pouvant aussi être dû à un germe, le dermatologue nous a déconseillé le talc et le liniment. Ce dernier laisse la possibilité aux microbes de se multiplier sous son film huileux. Quant au talc, il augmente les risques de surinfection. De même, il a pointé du doigt le Mytosil, qui n’est presque que de l’huile de foie de morue et du parfum. Du coup, j’ai balancé mon tube !


Les experts La Roche Posay ont soulignés qu’il était possible de calmer la douleur de bébé en appliquant sur les fesses du Cicaplast. Cependant, cela ne soigne pas et si les rougeurs persistent, c’est qu’il y a une mycose. Il faut alors songer à consulter un médecin.



La varicelle


Le sujet m’intéressait fortement, car Chloé sortait doucement de sa varicelle ! Il s’agit d’une maladie infectieuse virale extrêmement contagieuse qui atteint le plus souvent le petit-enfant. Elle est responsable d’une éruption de vésicules sur la peau et les muqueuses. Pour information, une vésicule est une petite cloque cutanée contenant un liquide.


Chloé ne s’est pas grattée, nous avons eu de la chance. Mais si les démangeaisons de votre enfant deviennent insupportables, il existe différents soins pour le soulager. Le premier geste à adopter est d’apaiser la peau pour qu’il se gratte moins. Il faut éviter les bains et privilégier les douches courtes, pas trop chaudes et bien sécher en tapotant. C’est important de ne pas frotter, cela lui donnera envie de se gratter ! Il est également conseillé d’utiliser un nettoyant légèrement antiseptique. Chez La Roche Posay, il y a par exemple Cicaplast lavant B5. Il contient un antiseptique doux naturel, ainsi que du panthénol, réparateur et apaisant.


Il n’est pas contre-indiqué d’utiliser un hydratant sur les boutons, mais seulement quand ils sont au stade de croûte. Mieux vaut ne rien toucher quand les vésicules apparaissent. Il faut encore éviter le talc, toujours pour éviter la surinfection. Normalement, votre médecin vous prescrira un désinfectant et vous conseillera de surveiller les plaies. Il faut donc éviter aussi l’éosine qui, en plus d’être inutile, rend impossible la surveillance des boutons avec sa couleur rouge !


Le dermatologue a terminé sur le sujet en déculpabilisant tout le monde. Les cicatrices laissées parfois par les boutons de varicelle n’ont rien à voir avec quelque chose qui a été mal fait ou l’enfant qui s’est gratté… Elles résultent de la profondeur à laquelle le virus s’était implanté.



L’eczéma


Cette pathologie a été le sujet de la majorité des questions que vous m’avez posées. L’eczéma est la démonstration d’un problème d’immunité cutanée.


Même si une très bonne hygiène et un pommadage rigoureux ne soigneront pas l’enfant de sa poussée inflammatoire. Il faut quand même bien l’hydrater pour entretenir sa barrière cutanée qui le protègera des allergènes. Si un émollient est appliqué tous les jours, les crises s’espaceront et seront moins violentes. L’enfant doit être lavé tous les jours, avec des douches rapides pour pouvoir être ensuite crémé partout.


Je vous recommande à 100% le baume Lipikar AP+. Je l’utilise sur mon fils depuis qu’il est tout petit pour éviter les crises et les démangeaisons. Je vous conseille aussi le baume Cicaplast B5, parfait pour le visage et les petites zones du corps très irritées. J’ai appris qu’il était aussi efficace contre la perlèche, les gerçures et les dartres.


Beaucoup de questions concernant la cortisone et les dermocorticoïdes. Chez un enfant de moins de 2 ans, c’est le seul traitement. Il existe en perfusion ou en comprimé, en goutte et en crème. Les crèmes à la cortisone sont faiblement dosées et sans danger. Le dermatologue a dit qu’il faudrait en avaler plusieurs tubes en une journée pour que cela soit potentiellement dangereux.


Le dosage du médicament dépend de l’âge de l’enfant, de la gravité de sa maladie et des régions du corps à traiter. Il est donc très important de ne pas soigner l’enfant en utilisant un produit prescrit à quelqu’un d’autre. Un mauvais dosage pourrait, à plus long terme, causer des effets secondaires indésirables. Il est important de réévaluer au moins une fois par an les produits utilisés avec un dermatologue. Bien se faire accompagner est primordial !


Pour finir, il est tout aussi important de prendre en compte la souffrance subit. Il est prouvé qu’il ne faut surtout pas laisser un enfant se gratter. Cela va impacter son système neurologique cutané à vie. Il se grattera par réflexe plutôt que par vraie démangeaison. De plus, si on ne le traite pas, il a plus de risque de développer de l’asthme.



Petits boutons et acné


Peu à peu, nous avons commencé à parler de ses enfants à la peau atopique qui commencent à devenir adolescent… Cela dit, un enfant qui fait de l’eczéma a peu de chance d’avoir de l’acné ! Mais on parle là des débuts avec un ou deux boutons et quelques points noirs.


L’enfant peut commencer à utiliser quelques produits simples dès 10 ans. Mais, il faut voir s’il est capable et prêt à se laver tous les matins. Ne prenez surtout pas de produits décapants ou de gommages excessifs. Ils éliminent les excès de sébum sur le moment, mais augmentent sa sécrétion ensuite.


Commencez par lui donner un gel nettoyant doux, comme le gel Effaclar ou une eau micellaire. Il faut qu’il se lave au moins une fois par jour, qu’il rince et qu’il séche en tamponnant délicatement la peau. Ensuite, s’il se nettoie régulièrement, il peut ajouter à sa routine une crème hydratante non grasse. Il est important de dire à l’enfant de ne pas toucher à ses boutons ! Si le problème persiste, il est préférable de consulter directement un dermatologue.


Si des petits boutons sont présents sur le corps, il peut s’agir de Kératose pilaire. A partir de 12/13 ans, il est possible de commencer de petits gommages et d’utiliser les produits Iso-Urea de La Roche Posay. En vérité, beaucoup de pathologies peuvent se cacher derrière une peau granuleuse. Mieux vaut consulter un spécialiste en cas de doutes.



Le pommadage


Nous avons vu que l’hydratation était importante pour les peaux atopiques. Mais ce qui est important, c’est que l’enfant s’autonomise le plus rapidement possible pour devenir acteur de son traitement. La Roche Posay est très impliqué dans l’accompagnement des familles atopiques avec le programme Famille Lipikar. La marque a mis au point une méthode ludique. Elle l’enseigne chaque semaine à des centaines d’enfants :

  1. Se laver.
  2. On prend le produit et l’enfant le chauffe bien dans ses mains.
  3. Il faut commencer par le menton, puis les moustaches de chat, puis le nez et le front. La peau doit briller pour étaler la crème. Pour les paupières et derrière les oreilles, on dit que l’on sort les petites antennes d’escargot (les deux index).
  4. On descend en faisant le cou de girafe de façon à faire attention aux plis dans le cou. Ensuite, on imite une girafe fatiguée, de façon à baisser la tête et on tartine l’arrière nuque.
  5. On pommade le torse.
  6. Sur le ventre, on fait la coquille escargot (on tourne sur le ventre) et on n’oublie pas les flans.
  7. La méthode du petit lapin sur les bras et jambes, de bas en haut de façon à suivre la circulation sanguine. On glisse avec la main de bas en haut du bras ou de jambes et hop le lapin saute ! Et on fait l’autre côté.
  8. Faire attention à bien insister sur les coudes.
  9. On finit sur les pieds, sans oublier les orteils.
  10. À la fin, on demande à maman et papa de faire le dos.



Une super expérience


J’ai appris beaucoup de choses lors de cette #skinmasterclass autour de la peau des enfants. D’ailleurs, j’espère que vos questions ont trouvé des réponses ou que cela vous évitera de vous angoisser… 😉


Ce qu’il faut retenir dans tous les cas, c’est qu’il ne faut pas hésiter à aller voir un dermatologue. Les spécialistes sont là pour vous aider. Et si jamais le courant ne passe pas, allez voir quelqu’un d’autres !


L’expérience a vraiment été très enrichissante et l’équipe La Roche Posay a été parfaite. Je suis impatiente d’aller à la prochaine Master Class qui aura lieu en mai. N’hésitez pas à checker mes réseaux sociaux, je mettrais en place un appel aux questions !


[Article sponsorisé et photos prises par La Roche Posay.]

Share on
Previous Post Next Post

7 Comments

  • Reply Ellen M

    Merci pour cet article très intéressant :). Merci à toi et à La Roche Posay. J’ai hâte de lire l’article (s’il y en a) qui suivra la prochaine Master Class.

    Ellen M.

    mars 1, 2017 at 6:22
    • Reply Aurélie

      Merci à toi <3 Oui, il y aura un article ! Le thème de la prochaine masterclass sera "le soleil" 🙂 Bonne soirée <3

      mars 1, 2017 at 7:15
  • Reply Ellen M

    Merci pour les infos :).

    Bonne soirée à toi aussi !

    Ellen M.

    mars 1, 2017 at 7:23
  • Reply Serena

    Un article très intéressant, bravo !

    mars 1, 2017 at 11:43
    • Reply Aurélie

      Merci ma belle ! Contente que la lecture t’ait plu !

      mars 2, 2017 at 8:45
  • Reply syriah

    Merci pour cet article
    Mon fils a justement des micro boutons invisibles, mais qui lui font une peau granuleuse au toucher. On m’a conseillé l’huile de douche Eucerin, et j’hesite avec Lipikar…que me conseillerais tu ?

    mars 5, 2017 at 8:38
    • Reply Aurélie

      Coucou ! Je t’en prie. Il peut s’agir de kératose pilaire, il n’y a pas de traitement contre cela. Cependant, cela est souvent du à une peau sèche. Tu peux le laver avec l’huile lavante Lipikar (ou encore lipikar en version surgras) de La Roche Posay, voir le Baume AP+ après pour l’hydrater. Je ne connais pas Eucerin, même si j’en ai entendu du bien. Après comme l’a dit le dermatologue lors de cette masterclass, si tu trouves qu’il y a vraiment beaucoup de petits boutons et que cela ne s’atténue pas avec une bonne hydratation… Mieux vaut consulter pour être sûr que c’est juste passager.

      mars 6, 2017 at 8:35

    Laisser un petit mot

    0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Pin It Share 0 0 Flares ×
    %d blogueurs aiment cette page :