Follow:
Divers

Mon chemin vers le CAP Esthétique

0 Flares 0 Flares ×

chemin vers le CAP histoire

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez que j’ai repris le chemin de l’école en septembre 2016. D’ailleurs, depuis que j’ai annoncé mon intention de passer le CAP esthétique à 34 ans, on me pose beaucoup de questions : pourquoi, comment, etc. Cela ne me gêne absolument pas d’y répondre et j’ai même eu l’idée d’écrire cet article. C’est un peu plus personnel que ce dont on parle d’habitude sur le blog. Mais cela peut sans doute aider d’autres qui se sont retrouvés dans la même situation.

Pour planter le tableau actuel de ma vie. J’ai eu un BTS Ventes et Production touristique assez tard, car j’ai eu envie de me reconvertir avec la naissance de mon premier enfant. Par la suite, j’ai été trois ans conseillère de vente en horlogerie. Bien avant cela, j’ai aussi dessiné, vendu tableaux, portraits…

Mon parcours professionnel a été varié et je ne m’en plains pas du tout.

commencer un cap esthétique pour devenir maquilleuse

Quand tu as l’impression que tout bascule

Pendant mon congé maternité, on m’a annoncé que le magasin dans lequel je travaillais depuis trois ans allait fermer. Ce fut assez soudain, bien que complètement prévisible. Tu le vois bien quand tes responsables n’en ont rien à faire de l’avenir du magasin, même s’ils affirment qu’ils « pensent à nous ».

J’avoue, quand même, que les premières heures de l’annonce de la fermeture définitive du magasin ont été dures à digérer. Bien qu’ils m’eussent promis une promotion qui n’était jamais arrivée et que je comptais chercher un autre travail après mon congé maternité, c’était difficile. Je voulais faire tout cela tranquillement, sans précipitation. Malgré tout cela, j’y étais bien. Car l’ambiance était agréable et mes collègues super sympas. Tout cela allait me manquer. On sait ce que l’on quitte, mais pas ce vers quoi on se dirige. C’est comme si d’un coup, vous étiez devant un mur, sans le contrôle de votre avenir. C’est effrayant, surtout avec une maison et deux enfants.

La direction m’a proposée me garder et de me muter dans un autre magasin. Ils n’avaient que des postes trop loin de chez moi. Là, ce fut un espèce de raz-de-marée dans ma tête. Que faire de ma vie professionnelle ? Est-ce que je reprends 4 h de trajet par jour ? Est-ce que je m’en vais ? Mais qu’est-ce que je vais faire ?

J’avoue que là, c’est mon mari qui a été le plus grand soutien. Il m’a dit « Prends le comme une opportunité. Réalise tes rêves, mets toi à ton compte ». Bien sûr, on parlait de devenir Maquilleuse Professionnelle. Après tout, il avait raison.

maquilleuse chemin vers le CAP esthétique

Un rêve, une passion : Makeup Artist

J’ai maquillé, conseillé les gens autour de moi, et même parfois plus. C’est une passion qui a commencé, il y a des années. On m’a souvent dit que j’avais plus ma place dans une parfumerie que dans une horlogerie de luxe. Beaucoup de personnes, hommes et femmes, me faisaient confiance pour les accompagner dans leurs achats beauté. J’ai toujours adorer conseiller les gens. J’aime le partage, enseigner autant qu’apprendre.

Cependant, je ne suis jamais dit que c’était « le métier que je voulais faire ». C’était ma passion. Quelque part, j’avais peur d’être dégoûtée de ce que j’aimais le plus en travaillant dedans. C’est assez bizarre dit comme cela, mais c’est tout à fait ça.

Il faut savoir que j’ai peint pendant des années. Et aujourd’hui, j’ai du mal à dessiner pour le plaisir. Je fais encore des portraits dont je suis fière, mais je ne peux plus dessiner pour moi. Je n’ai même pas fait les dessins de mes propres enfants. Pourtant, j’adorais peindre et dessiner. J’ai été dégouté, par mon ex, par les clients aussi parfois. C’est une longue histoire aussi ça tiens.

Vous comprenez du coup, qu’après avoir perdu une passion, en perdre une autre fait peur. Cependant, encore grâce à mon mari, mes amies et copines, je me suis rendu compte que mieux vaut travailler en faisant quelque chose que l’on aime. On passe tout son temps au travail, on voit plus souvent ses collègues que sa famille, autant aimer ce que l’on fait, dans la mesure du possible.

Et je voulais être maquilleuse, pas juste en complément de salaire, pas juste de temps en temps, mais tout le temps. Pourquoi ne pas tenter ma chance ?

Chemin vers le CAP story candidat libre

Etre à son compte, pas si simple

J’ai donc négocié mon départ de la société et tout s’est fait facilement. Une fois, tout en ordre de ce côté-là, j’ai commencé à m’occuper de l’administratif. Ce fut beaucoup moins simple que ce que je pensais.

J’ai des maquilleuses indépendantes dans mes contacts qui m’ont aiguillée sur les démarches. De plus, des associations d’aide m’ont soutenue, conseillée et j’ai suivi des réunions d’information à Pole Emploi. Les associations vous disent « mieux vaut y aller doucement et ne pas se précipiter »… Cependant, il vous pousse quand même très vite. Au final, trop rapidement, et avec peu d’informations sur le métier que vous voulez exercer. On vous parle, business plan, blabla, etc. C’est du chinois.

Au bout de trois mois, car les rendez-vous sont très espacés, on vous dit : vous êtes artisan, inscrivez-vous à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Pas de surprise, je le savais. Le métier d’esthéticienne à domicile, de maquilleuse ou de prothésiste ongulaire demande une immatriculation auprès d’eux. Et là, j’apprends qu’il est obligatoire d’avoir un CAP esthétique, cosmétique, parfumerie. Je demande si une formation auprès d’une école de maquillage est possible pour s’inscrire, réponse négative de la part de la CMA.

Les diplômes donnés par les écoles, même si elles sont très connues, même si c’est la prestigieuse école Make Up For Ever, ne permettent pas de s’installer à son compte. Ces diplômes ne sont pas reconnus par l’Etat et la CMA ne les prend pas en considération.

chemin vers le cap maquilleuse professionnelle

Mon chemin vers le CAP

Impossible de me mettre à mon compte sans le fameux CAP. Pour pouvoir maquiller de manière indépendante, je devais avoir ce diplôme. Au début, mon mari a grimacé, c’était pour lui un peu comme de « reculer », vu que j’ai un BTS.

Pour moi, c’était surtout faire une formation qui ne me faisait pas envie. J’ai toujours trouvé qu’une esthéticienne n’avait rien à voir avec une maquilleuse. Je ne comprenais pas pourquoi on obligeait une MUA à épiler des jambes pour pouvoir maquiller. Mais c’est la loi.

J’étais déprimée. J’ai mis pas mal de temps à me décider. J’ai aussi hésité à passer le BTS sur deux ans, en pesant le pour et le contre. C’était tentant de choisir le diplôme le plus élevé dans la profession, mais il n’était pas adapté à ce que je voulais faire. Il permet de devenir manager, de faire les soins du corps, entre autres… Le CAP permet de devenir esthéticienne, conseillère de vente en parfumerie, de maquiller, de faire les ongles…

Finalement, mon mari (encore) m’a poussée en avant. Je n’avais rien à perdre à essayer de passer le CAP en 1 an, après tout.

J’ai donc commencé à chercher comment passer ce CAP. J’ai choisi de le passer en candidat libre, mais tout ça, je vous le raconterais dans un autre article.

La suite au prochain épisode. 😉

Source photos : Pexels

Share on
Previous Post Next Post

28 Comments

  • Reply Stéphane MATHON (@StephaneMathon)

    Alors là, clairement, je me retrouve. Autant dans la démarche de faire une formation qui ne soit pas reconnue malgré les compétences, que dans le cheminement de vouloir s’ouvrir les portes du domaine en toute légalité malgré les barrières.

    Même si à mon niveau c’est le bien-être qui serait privilégié, et que la beauté et le make-up sont comme la révélation de la créativité et que c’est l’éclate, se relancer dans une formation comme ça à la trentaine, c’est un tel saut vers l’inconnu, devoir se recréer sa sécurité, son avenir. C’est aussi excitant qu’anesthésiant, mais néanmoins on en tire une telle force au final, le domaine qui nous plait, avec lequel on se sent comme un poisson dans l’eau, que ça nous donne des ailes =D

    En plus passer le CAP en candidat libre, c’est assez relevé ! Au niveau de la pratique c’est le plus piégeux, réussir à avoir les bons réflexes et bonnes attitudes, les sessions de pratique vis à vis de la formation se passeront comment ? Je me suis toujours posé la question pour les candidats libres.

    Mais clairement, oui, c’est tellement un signe, une opportunité, c’est la chance de pouvoir donner du sourire en se faisant tout autant plaisir 🙂 Et ça, c’est la vie =D
    Je t’admire pour ce grand saut, en espérant pouvoir suivre tes pas bientôt dans ce domaine de formation 😉

    novembre 7, 2016 at 6:12
    • Reply Aurélie

      Ton commentaire me fait très plaisir, tu n’imagines même pas. Cela fait peur de se livrer comme cela, surtout sur le domaine de la formation et du travail. Les regards sont parfois durs sur ce sujet. Tu dois savoir tôt ton chemin, pas trop le droit de te chercher ou de te tromper. J’ai déjà entendu des recruteurs dire qu’une personne qui avait eu plusieurs travails différents n’était pas fiable. Alors que l’on sait aujourd’hui, qu’une personne changent plusieurs fois de travail et même de branche dans sa carrière.

      Je réponds dans la suite des articles à la plupart de tes questions. Alors, je vais laisser un peu de suspens. 😉

      Je ne sais pas s’il y a raison à m’admirer. J’avoue que sans ce coup de pied au cul de mon employeur, je n’aurais JAMAIS tenté de réaliser mes rêves concrètement. La vie est bien faite ! J’ai réussi à rebondir et à le prendre comme une opportunité plutôt qu’un échec.

      Merci pour ton commentaire <333

      novembre 7, 2016 at 6:53
  • Reply Fanny

    Coucou ! Je suis très heureuse pour toi : même si tout recommencer est assez intense niveau émotions, énergie et épuisement (je connais ça, j’étais chanteuse et comédienne et je suis devenue soignante !), tu ne lâches rien car tu poursuis ton rêve.
    Je pense également passer ce CAP en candidat libre : il me le faut pour faire une formation de socio-esthéticienne en milieu hospitalier (même si en tant que soignante, j’ai ouvert un salon esthétique à la MAS où je travaille, et j’exerce déjà depuis 3 ans sur les personnes handicapées et psychotiques).
    Du coup, tes articles et ton ressenti m’intéressent vraiment (et puis, on a la même tranche d’âge et ça me réconforte haha). Bon le seul truc, c’est qu’en tant que soignante je n’ai déjà qu’un seul jour de repos tous les 8 ou 10 jours : ça ne me laisse pas assez de temps pour bosser ou faire des stages, je ne sais pas trop comment faire ! Bises !

    novembre 7, 2016 at 6:29
    • Reply Aurélie

      Coucou Fanny ! J’avoue que cela me créé parfois des bouffées d’angoisse. Si cela peut te rassurer, un énorme pourcentage de personnes passant le CAP en candidat libre a en moyenne 31 ans ! 😉 Je vais répondre à tes questions de stages dans la suite de cet article. Mais si cela t’angoisse, sache déjà que les personnes en formation continue ne sont pas dans l’obligation de passer des stages dans la plupart des académies. La suite dans la suite 😀 Bisous <3

      novembre 7, 2016 at 6:58
  • Reply malicia

    « Quelque part, j’avais peur d’être dégoûtée de ce que j’aimais le plus en travaillant dedans.  »
    Je comprends tout à fait ce sentiment ! Pour ma part, je bosse dans la communication sur les réseaux sociaux et cela explique sûrement que je tiens à garder une certaine distance dans mon rapport avec le blog pour garder une partie de ma vie privée 🙂

    novembre 7, 2016 at 8:13
    • Reply Aurélie

      Merci pour ton commentaire ! Je comprends tout à fait 🙂

      novembre 8, 2016 at 9:32
  • Reply le monde de Jenn

    et bien quel parcours, quel courage, quel mari. je te souhaite tout le bonheur du monde, de t’épanouir et de réussir. c’est tellement important de faire ce qu’on aime.

    novembre 7, 2016 at 8:31
    • Reply Aurélie

      Oui j’ai beaucoup de chance d’être bien entourée 😀

      novembre 8, 2016 at 9:46
  • Reply Serena

    Coucou ma belle,
    Je t’admire énormément, oser sortir de sa zone de confort est loin d’être simple, oser « sortir de soi » en fait, ne pas se contenter d’un métier pas passionnant mais aller plus loin, je t’admire et j’aimerais beaucoup savoir ce que ça donne niveau pratique mais aussi niveau culture générale, si tu trouves des stages également et surtout ce que ça t’apprend au niveau du make-up ! Je te souhaite plein de réussite (mais tu y arriveras, tu es très talentueuse alors ça va le faire !) et en tout cas j’adorerais me faire maquiller par toi hihi !
    Gros bisous <3

    novembre 8, 2016 at 2:10
    • Reply Aurélie

      Coucou Serena ! Je note tes questions pour étoffer la suite des articles sur le sujet. 🙂 N’hésite pas si tu souhaites te faire maquiller. 😉 Gros bisous <3

      novembre 8, 2016 at 6:48
  • Reply Mélodie

    Bonjour. Je me retrouve dans ton témoignage. J’ai 30 ans et je suis des cours du soir pour passer le CAP parce que je projette de m’installer en tant que prothésiste ongulaire / maquilleuse / « dompteuse » de sourcils. Je ne me suis pas encore trop penchée sur la suite des démarches mais le fait de devoir suivre encore des formations (parce que le CAP est obligatoire pour ces métiers mais n’y prépare absolument pas, un comble !) me fait paraître le chemin long et entendre parler chambre des métiers, auto-entrepreneur, RSI, etc m’effraie un peu. J’attends donc la suite de tes artilcles 😉

    novembre 8, 2016 at 3:08
    • Reply Aurélie

      Bonsoir ! Quel courage de prendre des cours le soir ! Je suis trop KO avec mon emploi du temps de journée déjà. Je ne m’imagine pas faire cela ! Disons que le CAP donne les bases en fait du maquillage, de l’hygiène, du soin des ongles. Mais c’est certain que c’est plus spécialiser dans le conseil, la vente et les soins du visage. Après tout dépend déjà de tes aptitudes et de ton savoir personnel. J’en ai discuté avec plusieurs maquilleuses (vu que c’est mon sujet), il n’est pas nécessaire de faire absolument des formations spécifiques après. Cela dépend du sujet, maquillage FX, ou choses plus spéciales. Par contre, c’est sur que la pose de capsule, etc., comme la pose d’extension de cils demande des formations supplémentaires (et de sous malheureusement). J’essayerais de faire un article sur le côté administratif, mais je me disais que ce serait plus sympa s’il y avait ma propre expérience dedans… A voir donc. Merci de m’avoir lue et d’avoir laissé un petit mot <3

      novembre 8, 2016 at 6:53
  • Reply Young Matka

    J’ai passé un CAP esthétique bien après mon bac, en un an, tout comme toi 🙂

    Il est vrai qu’avoir ce CAP est le sésame pour pouvoir faire ce que tu souhaites. Mais tu verras, ce n’est pas si compliqué, je dirais même plus que c’est « facile ». Dans le sens que c’est un choix qui s’est fait dans la motivation totale de ton côté, non pas par résignation comme pour beaucoup de jeunes de 16 ans à qui on ne donne pas forcément le choix dans leur orientation (je ne sais pas si je suis bien claire!!)

    Quand on est passionnée, ça passe tout seul 🙂
    J’avais la chance d’être dans une classe avec des personnes de mon âge voire plus et c’était cool de connaître les parcours des autres. C’était vraiment agréable d’être entourée de personnes motivées avec des projets différents, j’en garde un super souvenir! Tu verras, tu ne seras pas la seule!
    Malheureusement, les cours de makeup ne sont pas assez nombreux (1 à 2 heures/semaine), surtout que le niveau n’est pas élevé. D’ailleurs, je n’ai jamais compris pourquoi la plupart des filles faisaient des sortes d’arabesques au liner, agrémenté de dépose de strass en haut d’une pommette… Tu verras ça… Certains trucs sont absurdes.

    Je te souhaite bonne chance pour la suite, belle motivation! Tu vas y arriver et tu es bien entourée en plus 🙂

    novembre 8, 2016 at 3:25
    • Reply Aurélie

      J’ai rigolé quand même en voyant mes cours de makeup. Il y a quelques bases, mais c’est quand même risible effectivement. Merci beaucoup pour le partage dans ton expérience. 😀

      novembre 8, 2016 at 8:04
  • Reply Madam Teisseire

    Ton article est comme un écho. C’est assez drôle, j’ai également 34 ans, je reprends également mes études, et j’ai aussi écrit un article sur le sujet … Avant hier !
    Tu parles beaucoup de ton entourage, et c’est vraiment agréable de se sentir accompagnée et conseillée. Evidemment toutes les décisions t’appartiennent, mais pouvoir discuter de ses craintes avec ses proches, c’est hyper important dans un choix comme celui la !
    Je te souhaite plein plein de réussite ! Tu sembles si passionnée, tu vas faire des étincelles !

    novembre 8, 2016 at 8:07
    • Reply Aurélie

      34 ans sonne comme un renouveau ! Je dirais même passer la barre de la trentaine. 😉
      Les décisions m’appartiennent, mais sur beaucoup de plan sans le soutien de mon mari, je ne me serais pas lancée. Merci beaucoup, c’est super gentil ! Je te souhaite de réussir ta reconversion également !

      novembre 8, 2016 at 8:40
  • Reply Le monde de Justine (@Mondedejustine)

    Coucou ma belle 🙂 très intéressant cet article j’ai terminé mes études il y a un an, j’ai travaillé et là ça c’est terminé car clairement 3h de route par jour me faisait perdre trop d’argent par rapport à mon petit salaire et là je suis un peu paumée, j’ai des idées mais c’est vague et c’est bête mais même après un bac+3 dans un secteur que je n’aime pas je pense que j’aurai à me reconvertir pour l’instant je fais le point pour vraiment savoir ce que j’ai envie de faire. En tout cas j’ai hâte de lire la suite, ça m’éclaira peut être sur le sujet 🙂

    Bisous

    novembre 9, 2016 at 8:58
    • Reply Aurélie

      Ah oui le souci des trajets !!! >.> C’est dur, je te soutiens à fond. Tu vas y arriver ne t’en fais pas ^^ Prends le temps, je ne le précise pas dans l’article, mais tout le chemin de pensée a mis un an à bien murir dans ma tête ! Bisous

      novembre 9, 2016 at 10:50
  • Reply Aurely27_Beauty

    Coucou ma belle!
    Quel parcours, bravo à toi 🙂 C’est important d’être soutenue par tes proches tu as cette chance c’est déjà enorme 🙂
    J’ai hâte de lire la suite hihi, en tout cas je te souhaite plein de réussite, tu le mérites !!
    Gros bisous

    novembre 9, 2016 at 9:22
    • Reply Aurélie

      Merci beaucoup Aurélie <3 Oui j'ai beaucoup de chances. Sans ce coup de pied au cul, sans mon mari, ma famille, je serais encore en train de chercher et/ou travailler dans quelque chose qui ne me plaît pas ! Merci merci <3 Bisous

      novembre 9, 2016 at 10:52
  • Reply applemakeup

    Coucou !

    Moi aussi je suis en plein questionnement professionnel. Je suis esthéticienne de formation, diplômée justement du CAP Esthétique en 1 an. J’ai travaillé 5 ans en parfumerie, et là depuis quasi 5 aussi je suis employé dans une boutique qui vends toujours de la cosmétique entre autre.

    Je pense changer de métier car je n’ai plus envie de travailler le samedi, dimanche et de ne pas choisir mes congés.

    En tout cas, je te souhaite que le meilleur et la réussite ! Personnellement, je pense que les connaissances en anatomie demandés en CAP t’aideront beaucoup à maquiller, capter un relief sur un visage.

    Gros bisous bien sincères !

    novembre 11, 2016 at 10:05
    • Reply Aurélie

      Coucou ! Ah oui la vente, c’est très difficile ! Le rythme met a rude épreuve la vie de famille. Ca va quand on est jeune, mais avec des enfants cela devient compliqué. Mais comme je dis, cela dépend aussi du contexte, du travail en question, des collègues… Si on travaille avec plaisir ou si c’est juste pour acheter à manger. :/ Merci beaucoup c’est gentil 😀 Gros bisous à toi.

      novembre 11, 2016 at 10:11
  • Reply Anthony & Noémie

    Très beau parcours ! C’est bien que tu expliques ton cheminement, et je ne peux que te souhaiter plein de bonnes choses pour la suite, c’est toujours génial de faire ce qu’on voulait , et d’accomplir un rêve ! Je te trouve très courageuse 🙂

    Bon weekend !

    Anthony & Noémie, blogueurs amoureux et facétieux sur notrecarnetdaventures.com
    Sur le blog en ce moment, on te parle d’une box surprise pour les couples !

    novembre 12, 2016 at 11:41
    • Reply Aurélie

      Merci beaucoup c’est très gentil ! Bon weekend <3

      novembre 12, 2016 at 2:49
  • Reply amal68

    Coucou, moi je te dis BRAVO et je suis convaincue que tu vas réaliser ce rêve, je t’admire car reprendre sa vie en main de la sorte est forcément source de stress..tu es bien entourée par ton mari, je suis envieuse, garde-le car j’en connais qui ne réagiraient pas comme cela, je vous trouve courageux, ambitieux et intelligents!
    Bon week-end à vous!

    novembre 12, 2016 at 5:04
    • Reply Aurélie

      Coucou, Merci infiniment et je parle pour tous les deux. Je lui ai lu ton commentaire. J’espère que je vais y arriver, l’avenir nous le dira ! Merci en tout cas, cela me booste de voir vos encouragement. Je te souhaite un très bon weekend <3

      novembre 12, 2016 at 5:10
  • Reply amal68

    Excuse-moi, je voudrais juste un petit conseil, je porte souvent du bordeaux en écharpe, j’hésite toujours pour le rouge à lèvres, quelle teinte me conseillerais-tu?Merci.

    novembre 12, 2016 at 5:09
    • Reply Aurélie

      Il faut voir aussi par rapport à ton look global, ta couleur de peau et tes cheveux. Mais de manière générale avec du bordeaux, tu peux facilement faire un camaïeu avec des rouges, des teintes qui contiennent du rose, des chocolats, et des nudes rose, grisé un peu greige.

      novembre 13, 2016 at 6:52

    Laisser un petit mot

    0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Pin It Share 0 0 Flares ×
    %d blogueurs aiment cette page :